La Chambre

Triangle de Weimar des femmes d'affaires : une voix importante représentant les intérêts des femmes dans l'Europe unie

A l'initiative du Triangle de Weimar des femmes, inauguré en 2018 à Gdańsk, le Triangle de Weimar des femmes d'affaires a été créé. Les femmes allemandes, françaises et polonaises s'emploient à accroître l'importance de la voix des femmes dans les trois pays, en particulier dans le domaine de l'économie et des affaires. Elles s'efforcent d'échanger des expériences et de bonnes pratiques, et de développer un espace d'action pour les femmes.

 

Le but du Triangle de Weimar des femmes d'affaires est avant tout une analyse de la situation et les perspectives de développement professionnel des femmes en Pologne après la pandémie et les activités spécifiques de la « nouvelle normalité » soutenant le développement des talents féminins, en particulier dans les secteurs mieux rémunérés de l'industrie et de l'économie :

 

  • STEM (Science, Technologie, Ingénierie, Mathématiques),
  • Amélioration des compétences managériales en entreprise (y compris par le biais de programmes de mentorat)
  • Promotion d'attitudes positives (« role models ») pour les femmes
  • Soutenir les étudiants et les diplômés des STEM à travers des forums de discussion conjoints et des contacts entre universités et instituts de recherche
  • Encourager les femmes à accéder aux métiers techniques et d'ingénierie du secteur

L'histoire du Triangle de Weimar des femmes d'affaires :

30e anniversaire de la création du Triangle de Weimar

Le Triangle de Weimar a été créé le 28.08.1991 par les ministres des Affaires étrangères de l'époque, Krzysztof Skubiszewski (Pologne), Roland Dumas (France) et Hans-Dietrich Genscher (Allemange). Son objectif était d'intégrer davantage l'Europe et de soutenir la Pologne dans le processus de l’adhésion à l'Union européenne, achevée en 2004.  

Triangle de Weimar des femmes

En 2018, le projet lancé par des hommes au niveau des États et des gouvernements, a été repris et poursuivi par des femmes à Gdańsk où le Triangle de Weimar des femmes a été créé.

 

Déclaration de Gdańsk de juin 2018.

 

Dans la soi-disant  « Déclaration de Gdańsk », annoncée lors de la réunion de fondation, les signataires ont notamment écrit : « Ce qui a commencé au niveau des États et des gouvernements, nous - les femmes françaises, allemandes et polonaises - voulons reprendre et introduire de nouvelles dynamiques. (…) Il y a cent ans, les femmes polonaises et allemandes ont obtenu - après une longue bataille - le droit de vote actif et passif. La France a rejoint en 1944. Le droit de vote des femmes est un jalon dans l'histoire de la démocratie et le fondement de toute égalité. Bien que nous ayons obtenu nos droits, il reste encore beaucoup à faire dans les trois pays : l'écart de rémunération entre les sexes dans l'UE, il est en moyenne de 16 % ; le fardeau des responsabilités familiales est loin d'être équitablement réparti. Au Parlement européen, le pourcentage de femmes membres est de 36,1 %. Seuls neuf commissaires européens sur 28 sont des femmes. Dans les parlements nationaux, la part des femmes parlementaires est de 38,7 % en France, 30,7 % en Allemagne et 27 % en Pologne. Tant que les femmes resteront sous-représentées dans les deux parlements et aux postes de direction, rien ne changera. L'Europe traverse actuellement une crise d'identité et fait face à de grands défis. Nous - citoyennes engagées de Pologne, de France et d'Allemagne - voulons faire entendre la voix des femmes. Nous venons de différentes sphères de la vie - de la politique, de l'économie, de la science et de la culture, ainsi que des organisations sociales et des institutions étatiques. En tant que voisins au cœur de l'Europe, nous défendons l'égalité, nous voulons apprendre les uns des autres et approfondir la compréhension mutuelle de nos histoires afin de pouvoir façonner un avenir pacifique. Cela est particulièrement vrai à un moment où le populisme de droite remet en question à la fois le maintien de la communauté européenne et la promotion d'une image rétrograde de la femme et de la famille. Nous ne sommes pas d'accord avec cela. Le féminisme est l'humanisme. »

 

Dans la « Déclaration de Gdańsk », les femmes ont demandé l'égalité dans le domaine de la politique, de l'économie et de l'éducation, et ont appelé à l'élimination de la discrimination et à une lutte active contre les préjugés et les perceptions stéréotypées des rôles des sexes.

 

2021: Triangle de Weimar des femmes d'affaires

Cette année, le Triangle de Weimar des femmes étend ses activités aux sphères de l'économie et des affaires. Le Triangle de Weimar des femmes d'affaires, a été créé par des femmes venant des entreprises membres de la Chambre de Commerce et d'Industrie polono-allemande et de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Pologne. Il s'agit d'un réseau de femmes visant à échanger des expériences et des bonnes pratiques et à créer un espace pour les femmes dans l'économie et les affaires. L'initiative était placée sous le patronage d'Anna Kornecka, la vice-ministre du Développement, du Travail et de la Technologie : « Merci beaucoup à l'initiatrice du projet, Mme la Consule Générale de la République fédérale d'Allemagne à Gdańsk CORNELIA PIEPER, pour cette initiative importante. Une initiative montrant tout ce que les femmes peuvent accomplir et dans combien de domaines elles sont actives et efficaces pour agir pour le bien commun. La génération actuelle de jeunes femmes est la plus éduquée de l'histoire ; plus de femmes que d'hommes étudient en Pologne (65 % de femmes, 60 % d'hommes) et davantage obtiennent un diplôme universitaire. En France et en Allemagne, environ la moitié des diplômés universitaires appartiennent aux femmes ! Une entreprise polonaise sur trois a été fondée par une femme. En Allemagne, ce pourcentage est de 38 % et en France de plus de 40 % ! ».

Les initiatrices du Triangle de Weimar des femmes d'affaires soulignent que les citoyenes conscientes et engagées de Pologne, de France et d'Allemagne veulent codécider de l'avenir économique de l'Europe, en y apportant l'expérience dans les divers domaines de la vie - la politique, l'économie, la science et la culture, ainsi que les organisations sociales et les institutions étatiques.

 

La force de l'Europe vient des valeurs communs : l'égalité entre les femmes et les hommes et la reconnaissance des droits des femmes en tant que droits humains sont au cœur de ces valeurs. Les femmes représentent plus de la moitié de la population et ont un grand potentiel de talent. Il est temps de commencer à en profiter au maximum.- dit Cornelia Pieper, initiatrice et Consule Générale de la République fédérale d'Allemagne à Gdańsk.

Les femmes ont été plus durement touchées par la pandémie

La pandémie n’a pas facilité les choses pour les femmes qui ont dû combiner le travail avec la vie familiale, ce qui a influencé le fonctionnement et l’organisation du travail. L'une des questions les plus pressantes en ce qui concerne les conséquences des changements dans la manière de travailler est l'impact de la crise sur la situation sociale et professionnelle des femmes.

Une étude Deloitte (2021) sur « L'impact de la pandémie sur les perspectives de carrière des femmes », montre que pour de nombreuses femmes qui travaillent, la pandémie représente une rupture complète de l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée et affecte négativement leur bien-être physique et mental. Certaines femmes s'interrogent même sur l'intérêt de poursuivre leur carrière professionnelle à court et à long terme. Les résultats de l'étude présentent également des idées et des recommandations aux employeurs pour faire face aux défis auxquels sont confrontés les leaders dans le domaine de la gestion du capital humain dans les circonstances nouvelles.

Contact :

Emilia Ordon, responsable marketing et communication chez AHK Polska : eordon(@)ahk.pl

Mariusz Kielich, directeur de Communications et RP CCIFP : mariusz.kielich(@)ccifp.pl,

Piotr Beniuszys, Consulat général de la République fédérale d'Allemagne à Gdańsk : Détail d'une actualitépiotr.beniuszys(@)opendiplo.de

Dr Ewa Łabno-Falęcka, directrice de Communication et relations extérieures, Mercedes-Benz Polska Sp. z o. o. ewa.labno-falecka@daimler.com.

PLUS D'ACTUALITES

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin
Fermer

Connectez-vous à l'Espace Membre !

Fermer

Connectez-vous à l'Espace Membre !