PKN Orlen a fait une offre sur 100% des actions d’Energa

Orlen estime la valeur d’Energa à 2,9 Md PLN (674 M EUR) au maximum alors que en 2015 sa capitalisation s’élevait à presque 11,5 Md PLN (2,67 Md EUR). Suite à l’offre d’Orlen, sa valeur a chuté de 3 Md PLN (697 M EUR). Au lendemain de la demande, le cours de l’action de PKN Orlen a reculé (de 87,64 PLN (20,38 EUR) à 77,90 PLN (18,11 EUR)) tandis que le cours de l’action d’Energa s’est apprécié (de 6,77 PLN (1,57 EUR) à 7,17 PLN (1,66 EUR)).

Avec Energa, PKN Orlen va reprendre le projet de centrale électrique Ostroleka C, appelé par un journaliste de Rzeczpospolita ‘la patate chaude’ du secteur énergétique polonais. Le bloc d’une puissance de 1000 MWe, dont la construction a été confiée au consortium de GE Power et Alstom serait censé être le dernier bloc au charbon en Pologne. Selon les critiques du projet, il serait une ‘soupape de sécurité’ pour le secteur minier en assurant la demande en charbon. Les investisseurs du projet, Enea et Energa (en novembre, le groupe PGE s’est retiré du projet) ont déjà investi 900 M PLN (209 M EUR). Energa a accepté de couvrir les coûts suivants dans les années 2019-2020 à hauteur de 819 M PLN (190 M EUR) et Enea, la même somme en 2021. Selon ‘Rzeczpospolita’, ils n’ont pas eu le choix, car aucune autre société n’a voulu financer ce projet, les banques sont réticentes pour accorder des prêts pour des investissements liés au charbon et les assureurs se retirent du secteur. En novembre, l’ex-vice-ministre de l’énergie a dit le bloc n’allait pas être construit. Selon Jadwiga Emilewicz, ministre du développement, le projet pourrait être revu en relation avec la politique climatique de l’UE. Elle a également dit que le coût du projet pourrait être plus élevé que prévu (8-9 Md PLN selon les experts au lieu de 6 Md PLN). Jacek Sasin, ministre des actifs publics, a dit que la construction du bloc Ostroleka C se poursuivrait comme prévu. Néanmoins, selon les informations officieuses, les travaux ont été arrêtés alors qu’Energa a assuré que l’investissement était réalisé conforment au planning. Jaroslaw Dybowski, directeur exécutive de PKN Orlen pour l’énergie estimait qu’il valait mieux remplacer la centrale à charbon existante Ostroleka B par un bloc gazier et qu’Ostroleka C n’était pas le meilleur projet pour le système polonais. Il a également informé que la production d’énergie basée sur le charbon n’était pas la technologie préférée de PKN Orlen. Selon Business Insider et d’autres sources, la révision du projet de Ostroleka C pourrait provoquer des coûts additionnels (un dédommagement pour la rupture du contrat pour le consortium GE Power et Alstom, des sanctions pour la violation du contrat de capacité signé déjà pour 15 ans avec une obligation de service à partir de 2023).

Service Economique Régional

PLUS D'ACTUALITES

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Toutes les actus COVID19

Fermer

Toutes les actus COVID19