COVID-19  •  Actus des entreprises  •  Communication - Presse

Covid-19 et le monde du private equity - rapport de Mazars

Comme les prouvent les résultats d’enquête menée par Mazars, malgré la pandémie du coronavirus, la plupart des investisseurs financiers globaux sont toujours à la recherche de nouvelles transactions M&A, malgré la baisse des revenus qui s’annonce et le manque de stabilité du marché jusqu’au moins 2021.

  • Près des trois quarts des personnes interrogées disent être à la recherche d’opportunités comme jusqu’à présent
  • Un quart déclare ne pas changer de stratégie à cause de Covid-19,
  • A peu près 74 % des questionnés s’attendent à ce que le chiffre d’affaires des sociétés du portefeuille diminue de plus de 10 % au cours des 12 prochains mois,
  • Seulement 39 % des personnes interrogées estiment que le marché mondial des transactions reviendra à la norme encore en 2020.

 

15 juillet 2020 : Mazars, cabinet international d’audit et de conseil, publie les résultats d’une enquête globale sur l’impact de Covid-19 sur les prévisions et les stratégies des sociétés private equity.

Les résultats présentés dans le rapport « Covid-19 et le monde du private equity » révèlent que les investisseurs sont à la recherche de nouvelles opportunités des transactions malgré la baisse attendue des revenus de leurs sociétés du portefeuille et l’incapacité de « revenir à la normale » dans un contexte plus large jusqu’en 2021.

L’enquête, prenant en compte plus de 150 investisseurs européens (dont polonais), des Amériques et d’Asie, attire l’attention sur les défis actuels des sociétés PE et évalue leur optimisme quant à l’avenir.

Stéphane Pithois, associé global responsable du conseil dans le cadre du secteur Finances d’entreprises chez Mazars, informe : « Les résultats de l’enquête confirment que les investisseurs sont ouverts au monde des affaires, mais ce sont encore des temps d’essai. Bien qu’il semble que les sorties des investissements seront retardées, de nombreux fonds existants sont très liquides et sont toujours à la recherche de nouvelles cibles d’acquisition potentielles et d’activités supplémentaires (bolt-ons) pour leurs sociétés du portefeuille. Lorsque le monde des affaires revient prudemment à la normale, nous sommes rassurés par l’optimisme et la résilience des fonds PE ».

Jan Fido, Directeur du Département des services de consultation financière de Mazars en Pologne, ajoute : « Après une période extrêmement difficile au cours de cette première moitié de l’année et à condition qu’il n’y ait pas de retour de la pandémie en automne, il y a de bonnes chances que le marché polonais M&A connaisse une reprise dans la deuxième partie de cette année. Certaines transactions potentielles ont été récemment retardées. Ces transactions peuvent être reprises au troisième ou au quatrième trimestre du 2020. Covid-19 pourrait devenir un catalyseur d’une nouvelle vague de fusions et d’acquisitions, d’autant plus qu’on peut s’attendre à des M&A en difficulté et des restructurations.

Adam Zohry, Senior Associate au Département des services de conseil financier de Mazars en Pologne et Coordinateur des services de conseil financier pour l’Europe centrale et orientale au sein du groupe Mazars, estime que « dans le cas des fonds PE polonais, il y a trois facteurs principaux qui peuvent décider que les entreprises seront à la recherche d’investisseurs financiers. Ce sont les effets économiques de Covid-19, une succession d’entreprises appartenant à des propriétaires polonais qui ont démarré leur entreprise dans les années 1990, enfin une nécessité d’obtenir un support exprimée par des jeunes entrepreneurs voulant développer leurs entreprises ».

Pronostics concernant la baisse des revenus

L’enquête a démontré que 50% des questionnes s’attend à une baisse des revenus des sociétés de leurs portefeuilles au niveau de 11%-25% au cours des 12 mois à venir et presque un quart (22%) prévoit une baisse entre 26% et 50% au cours de la même période. Les fonds plus larges sont dans leur totalité plus optimistes.  Presque la moitié des grandes entités s’attend à une baisse de moins de 10% ce qui peut refléter une hausse d’optimisme en fonction de l’échelle d’activité.

Prenant en compte la situation financière du secteur PE avant la pandémie et les fonds records réunis pour les investissements (environ 2.6 billions de dollars), « Une partie de ces fonds devrait être destinée d’une façon naturelle aux fins des acquisitions  en Pologne et en Europe Centrale et Orientale » – pense Adam Zohry et ajoute : « d’autant plus que notre payes possède des fondements économiques relativement solides à comparer avec d’autres marches en voie de développement ». Il ajoute le commentaire : « Les évaluations des sociétés polonaises devraient être en général à la baisse à comparer avec celles avant la crise sanitaire ».

Travail à distance

Selon environ 88% des investisseurs et des entreprises PE, il est possible de conclure des transaction dans un environnement du travail à distance mais 74% d’eux est d’accord que c’est un mode plus difficile. Il existe une relation peu significative entre la nature et le volume du fonds et l’impact attendu sur la capacité de conclure des transactions tout en restant chez soi ce qui suggère qu’en général les fonds se sont bien adaptés aux nouvelles conditions de travail.

Concentration sur les 12 mois à venir

A peu près 45% des questionnes ont constaté que l’année prochaine sera celle des nouvelles acquisitions potentielles et 24% déclarent qu’ils ne changeront pas leur stratégie en réponse au Covid-19. 79% pensent que les dates de sortie des investissements pour les societes du portefeuille vont se retarder.

Retour au business tel que nous le connaissons

A la question : « Quand, selon vous, tout reviendra à la norme?”, seulement un sur cinq questionnés (21%) ont répondu que dans le troisième trimestre du 2020, alors que 14% prévoient que cela aura lieu au cours du quatrième trimestre du 2020 et 61% restent plus prudents, en mentionnant l’année 2021. Seulement 4% constatent, qu’une situation normale dans le monde des affaires reviendra dans le deuxième trimestre du 2020. Selon 82%, le processus de sortie de la crise prendra la forme de la lettre "U" et selon 10% la forme de "V". Selon 8%, la courbe aura une autre forme.

Ressentiments differents par rapport aux plans anti-crise dans le monde

Un peu plus que la moitié des questionnes (51%) pense que leur gouvernement a bien réagi à la situation de crise, mais presque un tiers (31%) constate qu’il est trop tôt de le juger.

Acquisitions des actifs à grand risque („distressed M&A”)

Malgré les effets financiers de la pandémie, 44% de questionnes constatent ne pas avoir encore remarqué une croissance du nombre d’acquisitions des actifs en difficultés ce qui probablement prouve que les initiatives gouvernementales empêchent les entreprises de chercher des fonds afin d’éviter l’insolvabilité dans une perspective à court terme. Deux tiers (66%) dit être intéressés par de tels investissements ce qui montre que les investisseurs tendent d’aller au-delà de leurs critères standard sou qu’ils vont encourager leurs sociétés du portefeuille d’adopter une attitude opportuniste quant à la stratégie des acquisitions.

Dans son commentaire, Stéphane Pithois ajoute : « En regardant vers l’avenir, il est possible d’élargir la concurrence par des actifs de haute qualité, ainsi que de ralentir le flux des transactions. Ceux parmi les investisseurs qui sont capables de bien diversifier leurs portefeuilles d’investissement et d’agir vite, peuvent obtenir un avantage concurrentiel. »  

Contact

Lorraine Hackett, Directrice Marque et Communications Monde, Mazars: lorraine.hackett(@)mazars.co.uk  / +44 (0)7881 283 962

Renata Stefanowska, Manager du Service Marketing et de Communication, Mazars en Pologne:

r.stefanowska(@)mazars.pl  / +48 22 25 55 200 / +48 605 36 71 35
 

L’enquête

La plupart des participants de l’enquête sont des fonds de rachat par emprunt et des fonds de capital de croissance, 74% du total (154) des questionnés. La plupart des réponses provenait des investisseurs de toute l’Europe (y compris la Pologne) et certains d’Asie et des deux Amériques. Le volume de la majorité des fonds est de 51 mln EUR à 500 mln EUR. Le questionne le plus fréquent est celui dont le volume s’élève à 51-200 mln EUR, et en deuxième position se place celui avec 21-500 mln EUR. Ces fonds constituent 68%  de la totalité des questionnes. L’enquête a eu lieu en avril et en mai 2020.

 

À propos de Mazars

Mazars est une organisation internationale, intégrée et indépendante spécialisée dans l’audit, le conseil, ainsi que les services comptables, fiscaux et juridiques1. Présent dans 91 pays et territoires à travers le monde, Mazars fédère les expertises de 40 400 professionnels – 24 400 professionnels au sein du partnership intégré de Mazars, et 16 000 professionnels aux Etats-Unis et au Canada au sein de « Mazars North America Alliance » – qui accompagnent des clients de toutes tailles à chaque étape de leur développement.

Présent en Pologne depuis 1992, Mazars regroupe près de 300 professionnels à Varsovie et à Cracovie. Fournissant des services à plus de 800 entreprises, autant polonaises qu’internationales, Mazars offre un éventail complet des services dans les domaines de l’audit, de l’expertise comptable, de la gestion de la paie et des ressources humaines, de la fiscalité, du conseil financier et du consulting.

www.mazars.pl | LinkedinTwitter 

 

 


1Dans les pays où les lois en vigueur l’autorisent

PLUS D'ACTUALITES

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Toutes les actus COVID19

Fermer

Toutes les actus COVID19