Actus des entreprises

Une inflation nettement supérieure aux attentes du marché

Selon les données GUS, l'inflation IPC a augmenté en janvier à 2,7% a/a contre 2,4% en décembre de l'année dernière, dépassant le consensus du marché (2,4%) et légèrement au-dessus de nos prévisions (2,6%). Les données sur l'inflation de janvier sont incomplètes et provisoires en raison de la révision annuelle des pondérations dans le panier d'inflation, ce qui limite la possibilité de tirer des conclusions sur la base des données. Les données complètes sur les augmentations de prix dans les différentes catégories en janvier et février de cette année, y compris l'indice d'inflation révisé en janvier, seront publiées en mars.

Nouvelles taxes, inflation plus élevée

Selon des données incomplètes publiées par le GUS, la hausse de l'inflation a été tirée par une dynamique des prix plus élevée dans les catégories «appartements» (6,4 % a/a en janvier contre 6,2 % en décembre) et «transport» (-3,7 % contre -5,7 %), alors que l'effet inverse a été exercé par la baisse de la dynamique des prix dans la catégorie «aliments, boissons non alcoolisées et alcoolisées et produits du tabac» (1,3 % /a en janvier contre 1,5 % en décembre). Nous pensons que l'augmentation du taux de croissance des prix dans la catégorie «appartements» est principalement due à l'augmentation des prix de l'électricité et à l'augmentation des frais de collecte des ordures. En revanche, la croissance plus élevée des prix des carburants, sous l'effet de la hausse des prix mondiaux du pétrole, a contribué à la hausse de la croissance des prix dans la catégorie «transport». Prix brut du pétrole Brent exprimé en PLN au premier semestre de février de cette année étaient déjà à env. 3,4% de plus que pendant la période correspondante de 2020. Dans la structure des données, une attention particulière devrait être accordée à la baisse de la dynamique des prix dans la catégorie «produits alimentaires, boissons non alcoolisées et alcoolisées et produits du tabac». Il a eu lieu malgré l'introduction du 1er janvier de cette année les taxes sur le sucre et les soi-disant les singes, c'est-à-dire les alcools d'un volume inférieur à 300 ml. La taxe sur le sucre a contribué à accroître la croissance des prix dans la catégorie des "boissons non alcoolisées" (cf. AGROmapa du 14/02/2021), tandis que la taxe sur les soi-disant les singes ont contribué à l'accélération de la croissance des prix dans la catégorie des "boissons alcoolisées". De plus, nous pensons que le facteur contribuant à l'augmentation du taux de croissance des prix des denrées alimentaires a également été introduit le 1er janvier de cette année, le taxe commerciale. Cela indique qu'en janvier il doit y avoir eu une forte baisse de la croissance des prix dans certaines catégories d'aliments, probablement dans les catégories «viande» et «légumes», ce qui a plus que compensé l'effet positif susmentionné des taxes de janvier sur le rythme de la croissance des prix. Sur la base de données GUS incomplètes, nous estimons qu'en janvier l'inflation sous-jacente est passée à env. 4,0%, ce qui a également stimulé la hausse de l'inflation globale.

L'inflation atteindra son minimum local au premier trimestre de cette année.

Au premier trimestre de cette année nous prévoyons une baisse de l'inflation à 2,2% a/a contre 2,8% au T4 2020, qui sera soutenue par la poursuite de la baisse du taux de croissance des prix des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées et par la baisse de l'inflation sous-jacente. Le principal facteur de réduction de l'inflation sous-jacente sera les effets importants de la base élevée de l'année dernière (cf. Carte MACRO du 18/01/2021). Nous pensons qu'au T2, l'inflation augmentera à 2,8% a/a et restera proche de ce niveau jusqu'à la fin de 2021. La hausse de l'inflation résultera de la forte augmentation de la croissance des prix des carburants que nous prévoyons, ainsi que d'une augmentation de la croissance des prix des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées au second semestre de cette année, qui compensera largement la baisse de l'inflation sous-jacente. En conséquence, nous prévoyons que l'inflation totale diminuera à 2,6% en 2021, contre 3,4% en 2020. Nos prévisions d'inflation sont soumises à une forte incertitude en raison des changements importants attendus dans le système de pondération utilisé par le GUS au debut de 2021, qui reflètera les perturbations du panier d'inflation des ménages causées par la pandémie COVID-19.

Les données plus élevées que prévu d'aujourd'hui sur l'inflation de janvier sont légèrement positives pour le taux de change du zloty et les rendements obligataires.

***

Crédit Agricole Bank Polska S.A. pl. Orląt Lwowskich 1, 53-605 Wrocław www.credit-agricole.pl

Ce matériel a été préparé sur la base des meilleures connaissances des auteurs, en utilisant des informations provenant de sources fiables. Il ne peut pas être utilisé comme une recommandation pour le trading. Les tarifs inclus dans le matériel sont informatifs. Credit Agricole Bank Polska SA n'est pas responsable du contenu des commentaires et opinions publiés.

Jakub BOROWSKI Economiste en chef Chief Economist ul. Żwirki i Wigury 18a, 02-092 Varsovie tél.: +48 22573 18 40 e-mail: jakub.borowski@credit-agricole.pl

Romain RVEL Directeur de la Division Clients Entreprises Head of Corporate Clients Division ul. Żwirki i Wigury 18a, 02-092 Varsovie téléphone: +48 22434 30 82 e-mail: rrevel@credit-agricole.pl

 

PLUS D'ACTUALITES

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin
Fermer

Connectez-vous à l'Espace Membre !

Fermer

Connectez-vous à l'Espace Membre !